Livres & lecteurs en Provence au XVIIIe

  • Collection : Kitab Tabulae
  • Thèmes : Histoire
  • Nombre de pages : 320
  • Format : 16 x 23 cm
  • ISBN : 978-2-911220-25-8
  • Prix : 32,00 €

Citoyens discrets de la « république des lettres », les imprimeurs-libraires provinciaux du XVIIIe siècle n’en ont pas moins joué, localement, un rôle important dans la communication écrite et la circulation des idées. Rares pour l’Ancien Régime, leurs archives sont d’autant plus précieuses qu’elles offrent un poste d’observation original de la vie du livre. Registres et pièces comptables rendent compte d’activités variées, au contact des producteurs comme des consommateurs, parfois quantifiables; correspondances et papiers personnels font découvrir, de l’intérieur, un petit monde singulier, entre négoce et culture, souvent éclairé.
Remarquables par la richesse des témoignages écrits qu’ils ont laissés, les David, établis en Provence de la fin du XVIe siècle à la Révolution, constituent un bon exemple de ces professionnels et nous permettent de mieux connaître livres et lecteurs à Aix-en-Provence au XVIIIe siècle.
Ce texte reprend la thèse d’École des chartes soutenue par Gilles Éboli en 1984.

Discrete citizens of the “Republic of letters,” seventeenth century provincial printer-booksellers played a major role locally in written communication and the circulation of ideas.  Their archives, so rare during the Ancien Régime period, are all the more precious as they give us an original view of the life of a book.  Registers and accounts keep stock of various activities, conducted with producers and consumers, sometimes indicating quantities; personal correspondence and papers lead us to discover from within a tightly-knit singular world, between business and culture, oftentimes enlightened.
Remarkable by the wealth of written testimonials they left, the David family, established in Provence from the end of the sixteenth century to the Revolution, constitute a good example of these tradesmen and enable us to better comprehend books and readers in the Aix-en-Provence area during the eighteenth century.
This text draws on the Ecole des chartes thesis defended by Gilles Eboli in 1984.

Citoyens discrets de la « république des lettres », les imprimeurs-libraires provinciaux du XVIIIe siècle n’en ont pas moins joué, localement, un rôle important dans la communication écrite et la circulation des idées. Rares pour l’Ancien Régime, leurs archives sont d’autant plus précieuses qu’elles offrent un poste d’observation original de la vie du livre. Registres et pièces comptables rendent compte d’activités variées, au contact des producteurs comme des consommateurs, parfois quantifiables; correspondances et papiers personnels font découvrir, de l’intérieur, un petit monde singulier, entre négoce et culture, souvent éclairé.
Remarquables par la richesse des témoignages écrits qu’ils ont laissés, les David, établis en Provence de la fin du XVIe siècle à la Révolution, constituent un bon exemple de ces professionnels et nous permettent de mieux connaître livres et lecteurs à Aix-en-Provence au XVIIIe siècle.
Ce texte reprend la thèse d’École des chartes soutenue par Gilles Éboli en 1984.

Introduction


I. UN CONTEXTE PROVINCIAL
I. Paris-Aix – 1481-1661-1789
A. Centralisation politique, mise à distance culturelle
B. Réponses provinciales
C. La vision des voyageurs

II. La société aixoise : situations et évolutions
A. Sociologie aixoise
B. Rapports et évolution des classes sociales
C. Crises apparentes et mutations latentes