#
Suivez nous sur
  • Accueil
  • Histoire de l'écriture typographique, le XVIIIe siècle, II/II

Histoire de l'écriture typographique, le XVIIIe siècle, II/II

Yves PERROUSSEAUX


L’ensemble de cette Histoire de l’écriture typographique, en plusieurs volumes, est conçu pour proposer une vision générale en fonction de ce que nous pouvons en dire aujourd’hui.
Poursuivant cette histoire, ce troisième volume de l’Histoire de l’écriture typographique met l’accent sur les créations qui marquent la seconde moitié du XVIIIe siècle, c’est-à-dire des caractères dotés d’un fort contraste entre les pleins et des déliés très fins, ce que permettaient alors l’évolution des techniques de gravure des poinçons, de fonte des caractères et l’impression sur papier vélin (inventé en Angleterre vers 1757), papier sans grain, soyeux et lisse permettant de reproduire la finesse de ces déliés, ce que le séculaire et traditionnel papier vergé ne permettait pas.
 L’ouvrage analyse les contextes et les réalisations des grandes figures de la profession de cette époque, que sont John Baskerville (en Angleterre), Giambattista Bodoni, « le typographe des rois et le roi des typographes » (en Italie), François-Ambroise Didot (qui établit le point typographique sur le pied-de-roi, une mesure légale d’alors) et ses deux fils : Pierre (imprimeur de haute volée, avec ses impressions de bibliophilie des Éditions du Louvre) et Firmin (créateur de caractères, dont le fameux « Didot »).
Ce sont encore les Didot qui introduisirent le papier vélin en France (1780) et qui mirent au point la stéréotypie (vers 1795), technique permettant de reproduire en relief, en un seul bloc de métal, la composition des milliers de caractères qui composent une page et ainsi de réimprimer des livres à l’identique à bon marché.

L’ouvrage examine conjointement les caractères des principales autres fonderies typographiques européennes qui marquèrent à leur façon ce siècle. En France : l’Imprimerie royale avec Louis-René Luce, les fonderies Sanlecque, Loyson, Briquet, Cappon, Vafflard, Cot, Lamesle, des Gando père et fils, du sieur Delacolonge (Lyon), des Gillé père et fils. En Belgique : Jacques-François Rosart (Bruxelles). En Allemagne : Johann Breitkopf (Leipzig). En Angleterre : Edmund Fry et John Bell.
On aborde également Antoine-François Momoro (1756-1794) un imprimeur parisien (auteur d’un manuel d’imprimerie intéressant) qui mit sa carrière au service de la Révolution et périt sur l’échafaud avec ses amis hébertistes.
L’ouvrage explique, d’autre part, les mouvements culturels et les innovations techniques qui marquent l’époque, comme l’influence de la calligraphie sur la typographie, la composition typographique de la musique, la composition chimique du plomb typographique, la nomination des caractères et la finalisation du point typographique, les symboles typographiques des unités de mesures en usage sous l’Ancien Régime.

Note: L’illustration de couverture représente l’imprimeur italien Giambattista Bodoni (1740-1813). 
Les caractères utilisés sur cette couverture sont des Bodoni.
 Un quatrième volume devrait continuer cette Histoire et concerner le XIXe siècle.

Cet ouvrage fait partie de cette collection :
Histoire de l'écriture typographique


Vous trouverez d'autres ouvrages autour de ces thèmes :
#(Culture Typographique) #(Histoire) #(Histoire de l'écriture) #(Histoire ecriture collection)