Dictionnaire anatomie

Filtrer cette liste
FRACTURE DU RACHIS CERVICAL
La fracture du rachis cervical survient généralement chez les jeunes adultes, plus prédisposés aux accidents.
On observe une atteinte neurologique dans 50% des cas, parmi lesquels 10% peuvent être détectés tardivement car ils ne sont pas évidents au moment de l'accident.
Dans 80% des cas, les fractures du rachis cervical se produisent entre les vertèbres C3 et C7.
Les fractures survenant dans la région située entre les vertèbres C1 et C2 sont rares, mais peuvent être mortelles.
L'atlas peut être touché par compression entre le crâne et la vertèbre C2, ou par compression axiale latéralisée contre une des masses latérales. La fracture de Jefferson est une fracture de l'arc antérieur et postérieur de l'atlas, généralement accompagnée d'un déplacement des masses latérales.
La stabilité de la fracture dépend de l'état (rupture ou non) du ligament transverse. La région située entre les vertèbres C3 et C7 peut être touchée par différents mécanismes. Le plus courant est celui de la flexion-compression, phénomène au cours duquel la force est appliquée sur le crâne de l'arrière (en haut) vers l'avant ou est induite par une décélération brusque, au cours de laquelle le tronc reste fixe et la tête est projetée vers l'avant. L'hyperextension est un mécanisme au cours duquel la force est produite par un choc arrière violent. Si le véhicule n'est pas équipé d'appui-tête, la tête de l'automobiliste subit une lésion cervicale provoquée par un mouvement très brusque de la tête de l'avant vers l'arrière (syndrome du « coup du lapin »). Ce mécanisme peut être à l'origine de lésions médullaires graves, y compris de la tétraplégie.
? Symptomatologie
D'un point de vue clinique, en cas de lésion de la région située entre les vertèbres C1 et C2, on observe une douleur sous-occipitale lorsqu'une pression axiale est exercée sur le crâne ou à chaque mouvement de la tête.
Le patient présente une raideur spontanée du cou.
Les fractures qui surviennent dans la région située entre les vertèbres C3 et C7 doivent être suspectées chez les patients polytraumatisés ou chez les personnes ayant subi un traumatisme crânio-encéphalique et qui présentent des signes d'ébriété.
Des symptômes neurologiques, provoqués par une lésion médullaire radiculaire ou une atteinte des plexus nerveux, peuvent également survenir.
? Diagnostic
Lors de l'examen du patient, il est important de ne pas faire bouger la tête.
L'examen radiologique permet d'établir un diagnostic précis.
La tomographie axiale assistée par ordinateur et l'imagerie par résonance magnétique (IRM) sont utiles pour évaluer le degré de déplacement des fragments osseux ou des tissus mous susceptibles d'envahir le canal de la moelle spinale.
L'examen neurologique peut être normal ou faire apparaître une atteinte monoradiculaire ou une atteinte du plexus cervical ou brachial, une lésion médullaire partielle ou une tétraplégie.
? Traitement
* Les fractures stables dans cette région surviennent généralement entre les vertèbres C1 et C2 et doivent être immobilisées à l'aide d'un collier cervical simple, d'un collier mini-minerve, également appelé collier de Philadelphie, ou d'un plâtre.
* La fracture de Jefferson peut nécessiter un traitement chirurgical en cas de grande instabilité.
* En cas de fracture dans la région située entre les vertèbres C3 et C7, sans lésion neurologique ni déplacement, le traitement est généralement orthopédique (ou conservateur) et son principal objectif est d'empêcher toute lésion neurologique.
* En cas de lésions de la moelle spinale, le traitement doit intervenir le plus tôt possible, le pronostic étant ainsi plus favorable que si le problème est traité plus tardivement. Le pronostic est également meilleur lorsque les dommages subis par la moelle spinale sont partiels.
* Il faut essayer de réduire la fracture au moyen de la traction crânienne.
* Si la manœuvre ne réussit pas, il est impératif de recourir au traitement chirurgical sans délai.